jeudi 27 octobre 2016

Les Héritiers d'Enkidiev, tome 03 : Les Dieux ailés. - Anne Robillard.


« Le désir de vengeance d’Azcatchi risque de faire échouer les plans de conquête du chef des dieux ailés. Toutefois, l’impatience de son fils crave pousse Lycaon à métamorphoser plus tôt que prévu les petits qu’il a conçus dans le monde des humains. Son geste irritera non seulement les autres panthéons, mais contraindra également d’anciens mages et la déesse de lumière à intervenir.

 La soudaine disparition de ces enfants pousse Onyx à retourner de l’autre côté des volcans afin de les retrouver. Les Chevaliers d’essence divine, la sorcière de Jade, ainsi que la nouvelle version rajeunie de son ami Hadrian prendront part à cette expédition durant laquelle ils traverseront tout le continent d’Enlilkisar.

 C’est durant ce long périple que le Roi d’Émeraude découvrira que les dieux félins lui ont menti sur ses origines… » 


325 pages. - Prix, broché ; 15,30euros. (amazon)




Ce troisième tome a été pour moi un pur moment de bonheur.


Je suis amoureuse du personnage d'Onyx, littéralement, il est foutrement hautain et ne prend jamais de pincettes, sans parler du fait qu'il ne craint absolument rien ni personne, je l'adore. Il est ce gros tas de piment qui atterrit lourdement sur le devant de la scène, et ça, toujours quand il ne faut pas, ou quand on n'a absolument pas besoin de lui

Onyx a énormément de défauts, il est arrogant, colérique, téméraire à en être à la limite du suicidaire, complètement entêté, et est un provocateur né...


Mais il est un père qui donnerait sa vie pour ses enfants. 
Et un Roi qui donnerait sa vie pour son Royaume.

Alors quand un Dieu crave aigri vient menacer de réduire en cendre son Château, pensez-vous bien qu'Onyx ne va certainement pas se laisser marcher sur les pieds, et va lui faire comprendre de la manière la moins douce possible qu'il va regretter amèrement ses paroles... et ses actes.

Le début est assez long... Vraiment long en fait.


L'action, la pure la dure, n'arrive pas avant la bonne moitié du livre... 
Personnellement, ça ne m'a pas dérangé des masses. Ayant repris les Héritiers tout récemment, les différents chapitres revenant sur la vie des nombreux personnages d'Enkidiev m'ont énormément aidé à reprendre mes marques, à reconnaître qui est qui, qui est le fils/la fille de qui...

Maaaais, j'aurai tout de même apprécié un peu plus d'action entre deux chapitres mignonnets ! Histoire de me mettre dans l'ambiance à venir. Parce qu'une fois franchi la moitié de livre un peu mollassonne, ça démarre littéralement au quart de tour. Et on retrouve un Onyx prêt à mettre à genoux le panthéon aviaire tout entier.

Pour finir sans trop en dire... La fin, que je trouve absolument parfaite, répare largement les longueurs du début... J'en ai souri jusqu'aux oreilles

Il y en a un qui ne va pas être déçu de ses origines ! 

Quelques tâches d'encre :

Prendre la plume....